\"Homoncule\"

Systémique Relativisée & applications

Rétrospective



Membres de l'équipe

Photo

Henri Boulouet

Henri Boulouet développe un infra-cadre formel outillable au développement de méthodes systématiquement relativisées de conceptualisation du réel, dénommé Systémique Relativisée (SR). SR est développée sur le fondement de la Méthode de Conceptualisation Relativisée (MCR) du Pr Mugur-Schächter, dont H. Boulouet est l’élève et le collaborateur depuis 2007.

logo linkedIn - Curriculum Vitae

Dans cet infra-cadre, H. Boulouet a développé également une méthode d’Ingénierie Système Relativisée (ISR), dédiée au développement d’artefacts mécatroniques à buts utilitaires. ISR a été outillée et expérimentée avec succès en milieu industriel, sur des projets opérationnels dans l’industrie automobile, à la plus grande satisfaction des utilisateurs. Le fossé existant relativement aux méthodes traditionnelles fondées sur l’analyse fonctionnelle a toutefois poussé le management à ne pas prolonger ces expérimentations.

Henri Boulouet est ingénieur système dans les domaines aéronautique et automobile, civil et militaire depuis 1993. Il est Docteur en Science de l’Information, auteur de la thèse de Systémique Relativisée (SR). Sa confrontation aux difficultés de maîtrise des développements mécatroniques l’a poussé à rechercher, à partir de 1997, des solutions pragmatiques et scientifiquement fondées aux impasses et confusions rencontrées, hors des conventions usuelles.

Photo

Vincent Brindejonc

Vincent Brindejonc s’est concentré sur la reconception des méthodes d’analyse de Sûreté de Fonctionnement (SdF) dans une optique ISR. Les développements accomplis ont en particulier conduit à distinguer formellement études de danger et analyses de fiabilité, sur le fondement des concepts de description biopsychique et de description technico-scientifique introduits par ISR.

logo linkedIn

Vincent Brindejonc a tenté d’introduire certains aspects de la Méthode dans la démarche de normalisation (ISO 26262) dans laquelle il était impliqué. Il a participé à la réalisation de prototypes permettant de l’illustrer en pratique, mais la fin des travaux décidée par PSA n’a pas permis de pleinement aboutir. Il s’est alors recentré sur l’aspect scientifique, en se focalisant en particulier sur la validation de la construction formelle exposée dans la thèse de Systémique Relativisée (SR) et en participant au jury.

Vincent Brindejonc, Docteur en Physique Théorique et Mathématique (Université Paris Sud (Paris XI)), a quitté PSA fin 2012 pour rejoindre Thalès en tant que sénior expert en Sûreté de Fonctionnement.

Photo

Eric Campo

Eric Campo a conçu l’Environnement de Développement Intégré (EDI) de ISR de 2006 jusqu’à 2010. Il s’est concentré sur l'informatisation du langage SR sur le processus général de génération de langages spécialisés et le développement de l’EDI ISR. Les langages ont été formalisés en MOF-ECORE (Meta Object Facilities) et leurs développements ont été menés dans l’environnement Topcased. L'EDI ISR a été conçu comme une encapsulation de l’éditeur UML Rhapsody d’IBM (d’origine I-Logix) afin de bénéficier des capacités d’extension sémantique d’UML.

logo linkedIn - Curriculum Vitae

Eric Campo a acquis à l'occasion de ces travaux une connaissance très approfondie de SR ce qui l'a conduit à s'impliquer dans le travail de recherche fondamental. Après l’arrêt de l’expérimentation début 2011, il fut un relecteur attentif de la construction de SR, qui généralise à toute description physique l’algèbre qui sous-tend ISR.

E. Campo est ingénieur en électroniques et informatique de Polytech Nantes. Il a travaillé dans la conception de logiciels embarqués et la simulation système. Il s’est hautement spécialisé en C et dans les langages orientés objet (C++, Java, UML, …), en relation avec le développement d’environnements outillés (Qt, Topcased, Eclipse, …) et avec une solide connaissance en architectures temps réels et outils associés (Matlab, Simulink, VHDL, …). Il exerce désormais une fonction de support aux concepteurs système et logiciel au sein de VALEO.

Photo

Fabrice Fleuchey

Fabrice Fleuchey a développé une méthode outillable de gestion des processus de développement multipartites de systèmes complexes, dans l’infra-cadre MCR-SR. Cette méthode est potentiellement applicable au vaste champ de l’ingénierie des connaissances et des projets. Elle a pour ambition de maîtriser explicitement les processus de genèse et les utilisations des concepts et modèles élaborés dans ce cadre. Cette méthode est dénommée Management Relativisé de l'Information (MRI).

logo linkedIn - Curriculum Vitae

Cette méthode a été outillée, expérimentée et déployée dans l’industrie automobile depuis 2006, à la plus grande satisfaction des utilisateurs (jusqu’à plus de 400). Développée dans même infra-cadre qu’ISR, ces deux méthodes ont naturellement vocation à s’intégrer pour fournir une solution globale d’ingénierie et de management des organisations et des processus attenants. Le fossé, existant relativement aux méthodes traditionnelles de Product Life-cycle Management (PLM), pousse toutefois le management à rechercher des solutions de substitution plus conventionnelles.

Ingénieur électronicien ENSEA en systèmes mécatroniques embarqués dans les domaines aéronautique, spatial et automobile, civil et militaire depuis 1988, sa confrontation au défi du management de la "complexité" a poussé F. Fleuchey à rechercher, à partir de 2000, des solutions opérationnelles et scientifiquement fondées, hors des pratiques usuelles. Il s’est d’abord tourné vers les neurosciences. Son souci de rigueur et de pragmatisme l’a ensuite poussé à inscrire sa recherche dans le cadre méthodologique MCR puis SR.

Photo

Bruno Massy de la Chesneraye

Bruno Massy de la Chesneraye a travaillé, pendant 5 ans dans le milieu automobile, à mettre en œuvre la méthode d’Ingénierie Système relativisée (ISR) dans le processus de spécification avec les concepteurs d’organes mécatroniques. Il s’est tout particulièrement attaché à la structure des Cahiers des Charges, ainsi qu’à la formalisation des exigences exprimées dans ces documents. Il a démontré qu’ISR peut être appliqué avec grand profit au sein d’une organisation existante, sans aucun outillage spécifique, aussi longtemps qu’une génération automatique de la documentation ou que des tests automatisés ne sont pas jugés nécessaires. Il a activement participé à la conception du processus ISR de génération de documentation automatique.

logo linkedIn

Bruno Massy, en dépit de l'arrêt de l'expérimentation en 2010 et l'écart existant avec les recommandations actuelles (basé sur l'analyse fonctionnelle), a continué à travailler avec les concepteurs techniques à leur demande spécifique et à la satisfaction des équipes de test et d'intégration. Il continue la formation des personnes concernées et il a formalisé les principes d’ISR dans des guides à destination des concepteurs.

Bruno Massy est ingénieur généraliste de l'Ecole Centrale de Nantes (ECN) avec une spécialisation en production automatisée de l’ISMCM (Saint-Ouen). Il a principalement travaillé comme ingénieur de l’assurance de la qualité dans le domaine des logiciels embarqués et des systèmes mécatroniques. Il a accumulé de nombreuses expériences dans l'industrie automobile, avionique, de l'espace et de la défense depuis 1986. Sa frustration face à l'inefficacité des méthodes d'ingénierie de système classique et leur manque de tout enracinement scientifiquement rigoureuse, l’a amené à s’intéresser à la version préliminaire d’ISR en 2005, et à s’impliquer depuis dans des activités portées par ISR et SR.

Contributeurs

Photo

Nathalie Gollentz

Nathalie Gollentz s'est fortement impliquée en 2009 et 2010 à PSA dans l'application ISR à la description des usages humains d'artefacts (descriptions biopsychiques) : la description d'un véhicule automobile du point de vue de services de configuration du poste de conduite et d'aide à la conduite. Sa profonde compréhension d'ISR et sa grande connaissance du contexte opérationnel lui ont permis de concevoir et de réaliser des formations permettant aux ingénieurs et techniciens, ignorant tout de la démarche, de s'approprier rapidement les principes fondamentaux de la méthode et de les mettre en application de façon optimale dans la formalisation spécifiante de services véhicule.

N. Gollentz est ingénieure en génie énergétique de l'INSA Lyon. Elle s'est intéressée aux concepts d'ingénierie système et à leur mise en oeuvre. Son implication dans le projet ISR l'a conduite à se familiariser avec l'approche objet qui sous-tend l'informatisation de la méthode. Depuis 2011, elle s'est spécialisée dans la chaine de conception et la modélisation des IHM embarqués, dans le domaine de l'infotainment automobile.

Photo

Guanrui Hou

Guanrui Hou a contribué de 2006 à 2008 à PSA au développement informatique de l'EDI ISR. Il s'est en particulier focalisé sur le développement des IHM contextuelles afin de garantir la qualité et la conformité à la méthode des formalisations voulues par les concepteurs (modèle bien formé, absence de contradictions, vérifiabilité, ...).

G. Hou est ingénieur de l'ENSIAME spécialisé en informatique industrielle. Il a débuté sa carrière dans le cadre du projet ISR avant de se consacrer après l'arrêt des travaux en 2011 à l'outillage informatique de la chaine de conception des IHM embarqués, dans le domaine de l'infotainment automobile.

Photo

Yann Rogard

Yann Rogard est à l'origine de l'introduction d'ISR à PSA en 2005. Conscient de l'incapacité de l'analyse fonctionnelle à maitriser la complexité, il a pris le risque de chercher une solution en dehors des sentiers battus. En tant que manageur au sein du service Electricité Electronique Carrosserie Habitacle de PSA, il a piloté en transversal le projet d’évaluation de la méthode ISR de 2005 à 2008. Il s'est en particulier impliqué dans le montage du projet de recherche VETESS (génération automatique de tests), qui a été labélisé par le pôle de recherche Véhicule du Futur et qui a obtenu une subvention de 1 million d'Euro du Fond Unique Interministériel (FUI) en 2008. Année même de l'arrêt des travaux décidé par la direction de l'électronique PSA.

Y. Rogard est ingénieur électronicien de l'ENAC spécialité micro-électronique et diplômé de l'IAE. Il s'est spécialisé dans le management d’équipes d’ingénieurs en charge de mener des projets d'études en électronique et logiciel embarqué, spécialité qu'il exerce depuis 2013 au sein d'ALSTOM en tant que Traction Control Command Manager.